Nevers...

Palais ducal 2008 fond ecran

 NEVERS UNE LONGUE HISTOIRE…

Le patrimoine bâti : Nevers offre au visiteur une attrayante palette d’édifices, de musées, de ruelles, d’escaliers, de traditions..

En 992 naît la maison du comté de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre lors du mariage de Mathilde de Bourgogne avec Landry de Nevers. Au fil des ans, différentes familles illustres se succèdent à sa tête. 

En 1464, Jean de Clamecy, comte de Nevers, petit-fils de Philippe le Hardi, décide de bâtir un "nouvel hostel", terme utilisé, à l'époque, pour définir une maison-forte, un château ou tout autre bâtiment prestigieux à usage d'habitation. Il faut vingt-sept ans pour en achever la construction. L'architecture du bâtiment se décline en plusieurs phases, car l'aspect du château n'est pas le même à la mort du comte, ses successeurs améliorent l'édifice en y ajoutant les éléments Renaissance qui le parent encore aujourd'hui. Ces modifications se décident notamment à la suite du changement survenu dans le statut de l'influente maison de Clèves (1538), le comté est alors érigé en duché-pairie et, par un désir manifeste de donner une allure plus conforme à la haute noblesse de ses habitants, les non-moins puissants, Gonzague (1565).

Le Cardinal Mazarin, principal ministre de Louis XIV, en devient propriétaire en 1659. Sa famille, les fameux Mancini, en hérite à sa mort et le conserve jusqu'à la Révolution. La mise en valeur des différentes salles du Palais se fait par le biais des écussons des armes des villes du Nivernais et des comtes et ducs de Nevers qui ornent les murs leur apportant un relief remarquable. L'architecture, dans son ensemble, est exceptionnelle dans le sens où elle mêle des bâtiments de la fin du Moyen Age avec ceux de la Renaissance Italienne. On admire à la fois, tourelles et tours, escaliers à vis, poutres et pièces de bois datant du XVe s, cheminées monumentales, fenêtres à croisillons, à meneaux, moulures, sculptures et blasons. Des vestiges gallo-romains ont été retrouvés sous l'édifice.  Il abrite aujourd’hui des expositions permanentes, un aquarium de poissons de Loire et dans le hall, l’Office de Tourisme. Il se présente comme le premier des châteaux de la Loire. Le Palais Ducal est classé monument historique depuis 1840.

La Porte du Croux et la ballade sous les remparts : Il s'agit d'une réminiscence d'une porte du XIVe siècle par laquelle on accède à la ville et au quartier des faïenciers. Construite vers 1394-1398, elle en remplace une autre dont on se servait déjà au XIIe s lors de la construction des remparts ordonnée par Pierre de Courtenay, cousin du roi Philippe II Auguste. On y découvre un pur exemple de l'architecture militaire de défense avec les traces, dans la pierre, d'un pont-levis, hélas, disparu, sous lequel, à l'époque, coule une petite rivière, évanouie au fil du temps. Sur le haut de la tour, de magnifiques mâchicoulis et tourelles en encorbellements agrémentent les murs massifs. A gauche, en passant sous l'entrée, se trouve un étroit cachot, curieusement, situé à l'extérieur.

En 1851, la beauté du cadre et sa situation amènent, tout naturellement, la ville à décider que cet endroit magnifique hébergerait le musée archéologique du Nivernais. Ici, sont déposées différentes collections du patrimoine nivernais, objets de l'âge de bronze, de l'époque romane et des antiquités grecques et romaines pour les plus nombreuses, toutes découvertes lors des multiples fouilles archéologiques. Le bâtiment est classé monument historique en 1862.

Les édifices religieux étaient nombreux à Nevers. Certains ont disparus au fil des siècles. On admire l’architecture de l’église Saint Etienne, joyau d’art roman, depuis plus de 1 000 ans. La cathédrale Saint Cyr Sainte Julitte qui a subi les bombardements en 1944 a été restaurée et domine la ville de sa haute tour. On pourrait citer la chapelle Sainte Marie, l’église Saint Pierre et d’autres plus récentes. Des guides conférenciers et deux cheminements piétons, matérialisés au sol par une ligne bleue, vous invitent à visiter cet étonnant patrimoine. On peut citer le théâtre, le Parc Roger Salengro, où trône le kiosque à musique, et qui accueille les Marchés de l’Eté, la Fête des Associations, la Fête foraine et autres manifestations.

Le couvent Saint Gildard abrite les Sœurs de la Charité de Nevers. C’est en ce lieu que Bernadette Soubirous, la petite bergère de Lourdes, exauce son désir de vie religieuse. Son corps, enseveli, puis retrouvé intact, repose depuis 1925 dans une chasse de verre située dans la chapelle où plus de 500 000 visiteurs viennent se recueillir chaque année.

Faïence d’Art « Bleu de Nevers »…C’est en 1565 que les ducs de Gonzague s’installent à Nevers et font venir des faïenciers et verriers d’Italie, qui font souche. Si les verres filés et émaillés ne subsistent que dans les musées, la Faïence d’Art de Nevers et son célèbre bleu est toujours produite de façon ininterrompue depuis plus de 400 ans. Nevers a vu séjourner de grands écrivains (Claude Tillier, Jules Renard, Romain Rolland, parmi les plus connus). Des peintres s’en sont inspirés : Corot, Jongking…sans compter les peintres locaux.

Le terroir…Berceau de la race Charolaise, la viande des bœufs du nivernais est à la table des chefs, qui préparent d’excellents plats agrémentés des grands crus nivernais : le Pouilly Fumé, les Coteaux Charitois et du Giennois. Les confiseries sont principalement le Négus et la Nougatine de Nevers.

La Loire, « Plus Grand fleuve sauvage d’Europe » était autrefois navigable et les mariniers de Nevers transportaient les verres, les faïences, vins, bois, produits de forge etc. Aujourd’hui l’activité industrielle est remplacée par les loisirs : principalement canoë et pêche. Le Canal latéral, ainsi que le Canal de Jonction sont les voies navigables des plaisanciers. Ils sont aménagés sur berges par des pistes cyclables et pédestres. Le Sentier de Grande Randonnée GR3 emprunte les bords de ces canaux dès la sortie de Nevers. Le Port de la Jonction sert d’attache aux bateaux de plaisance.

La musique est un art très présent à Nevers : plusieurs chorales, la Société des Concerts Nivernais – Orchestre symphonique – l’Orchestre d’Harmonie de la Ville de Nevers (OHVN) – classé en Division d'Honneur parmi les meilleurs orchestres à vent – se produisent régulièrement dans les différents lieux de la ville et en particulier à la Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre. La Batterie Fanfare assure les services aux cérémonies officielles, épaulée par un groupe de l’OHVN. D’autres sociétés musicales : musique traditionnelle, jazz, des festivals, des rencontres de chorales (Europa Canta) animent la ville en permanence. Le Conservatoire à Rayonnement Départemental de Nevers forme les enfants et adultes dans tous les pupitres. Le théâtre est présent avec plusieurs troupes.

Le sport est très représenté dans toutes les disciplines. La randonnée pédestre est très pratiquée avec de nombreux clubs. Le Comité Départemental de la Randonnée Pédestre de la Nièvre édite avec sa fédération nationale, des topo-guides de Promenade et Randonnée (PR) tels que « La Nièvre à Pied ». Le GR654, Voie de Vézelay de Saint Jacques de Compostelle, traverse le département et Nevers. Au Pont de Loire, il se dirige vers le département du Cher en suivant la Loire et le Canal latéral par le célèbre Pont-canal qui enjambe la rivière Allier. Les pèlerins se rendant à Compostelle sont nombreux et Nevers leur offre une escale importante. La randonnée à cheval, à VTT, à vélo est très pratiquée. Les sentiers sont très nombreux en nivernais où les bocages et les forêts sont des havres de verdure et de calme. Qui parle de Nevers évoque le Circuit Automobile de Nevers-Magny Cours, qui accueillait le Grand Prix de Formule 1. D’autres courses de motos, F3000 animent la piste : http://www.circuitmagnycours.com/..

Les voies de communications : Nevers est à moins de 2 heures de Paris par le train et à moins de 3 heures par l’autoroute A77. Elle est également proche de Bourges. Se rendre à la capitale bourguignonne de Dijon est plus difficile, surtout en automobile, avec la traversée du massif du Morvan. L’entrée sud à Nevers est à privilégier car elle offre une vue exceptionnelle sur la Loire et le cœur ancien de la ville, perché sur sa butte, qui domine le fleuve.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×